lundi 29 octobre 2012

Au congrès de Toulouse, le PS fait sa crise des responsabilités



   Ce week-end du 27 Octobre, le parti socialiste se réunissait à Toulouse pour un congrès, l'occasion pour une majorité en difficulté de sonder l’unité affichée pendant la campagne présidentielle qui a mené la victoire du candidat Hollande.
Entre un gouvernement ne faisant pas l’unanimité par ses directions et ses méthodes, une première secrétaire en grâce pour sa sortie, son successeur débarqué par les cadres du parti et une aile gauche remontée, le parti majoritaire à l’assemblée retombe dans ses travers post victorieux.

   Comme en 1983 avec le tournant de la rigueur pris par le gouvernement de François Mitterrand, Mr Hollande se retrouve face à la nécessité de sauver un système auquel il s’opposait pendant sa campagne, mais dans lequel il se trouve pris au piège par la demande de ses électeurs.
L’enthousiasme suscité par Emmanuel Maurel, nouveau chef de file de l’aile gauche du parti, s’évertuant à réveiller les convictions du parti suite aux propos de Jean-Pierre Jouillet qualifiant de « canards boiteux » les entreprises en difficulté, est symptomatique de l’inéquation entre ambition réformatrice socialiste et réalité gouvernementale.
Le passage en quelques mois du discours du Bourget où Mr Hollande clamait que son principal ennemie était la finance, à la défense  d’un traité européen mettant pieds et mains liés les politiques européennes sous le credo libéral avec une légère touche de croissance, sème le doute dans l’horizon socialiste.

Ce n’est personne d’autre que Martine Aubry qui va réussir à dynamiser et mobiliser une assemblée militante partagée. Mais l’ex première secrétaire s’écarte temporairement du paysage politique, pour prendre du recul ou bien se faire désirer pour de nouvelles responsabilités plus en adéquations avec ses attentes.
Le parti socialiste se retrouve donc à regretter la maire de Lille et la pression monte sur les épaules d’un Harlem Désir davantage reconnu pour sa langue de bois que par sa capacité mobilisatrice.
Le nouveau parti majoritaire doit donc faire ce qu’il peut avec ce qu’il a, c’est aussi vrai en matière de réformes. L’ambition du parti socialiste, est, depuis sa première accession au pouvoir en 1981, de mener à bien des réformes progressistes sociétales comme actuellement l’acquisition du droit de vote des étrangers, le mariage homosexuel ou le non cumul des mandats, plutôt que de réformer en profondeur le système économique.

La volonté du PS de se montrer compétent pour pérenniser le système conduit le gouvernement a irrémédiablement tourner le dos a ses valeurs fondatrices. Dés lors le parti socialiste se retrouve dans un dilemme familier, assumer les contraintes de la gouvernance ou se poser en éternel parti d'opposition « du côté de ceux qui n’ont rien » comme le remarquait Mr Maurel.

Lutter contre les inégalités économiques est un risque facteur de dommages collatéraux pour l’ensemble de la société, et un parti en quête de réélection et de pouvoir ne semble pas déterminer à prendre cette direction.
Reste au parti le combat des idées, face à la radicalisation grandissante de la droite, l’ex président d’SOS racisme a fort à faire pour éviter le basculement des votes populaires sous la coupole du FN.
  

1 commentaire:

  1. lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer